past, present, future

janvier 2017 Proposition pour Visite buissonnière par thankyouforcoming, Mamac, Nice

28 avr. 2017 Festival de performances intermédias INACT, Le Shadok, Strasbourg

mai 2017 Exposition « Océans », Syndicat Potentiel, Strasbourg

juin-juillet 2017 Résidence Le Bel Ordinaire, Billère
Ouverture publique le 1 juillet 2017

juillet-août 2017 Résidence Les Charpentiers de la Corse, Ponte Leccia
2016
– Frac à Quatre (Répliques), FRAC L.-R., Montpellier
– Catharsis, Projection Room, Bruxelles (BE)
– Pages, Centre d’art la Halle, Pont-en-Royans
– L’influence des parages, Chapelle du Quartier Haut, Sète
– Post_Production (résidence), Lieu-Commun, Toulouse
– Contribution éditoriale au site Scriptopolis.fr
– Revue Talweg 03, Pétrole Éditions

2015
– Hidden Dimension, C.Rockefeller Center for Contemporary Arts, Dresden (DE)
– Biennale Mulhouse 015
– « Feat. », La Panacée et Éditions Infra
– Revue Pli, N°3, Le Mans

2014
– Featuring (résidence), La Panacée, Montpellier
– Paper Tigers Collection, www.papertigerscollection.com
– Kontakt, N°10, Toulouse
– Table ronde « La fabrique du commun », collectif kom.post, festival Tropisme, Montpellier

txt

« Si elles sont à voir, les images ont aussi des choses à dire. En cela, elles peuvent bien agir comme des adresses, des objets à lire.
À ce propos, Emma Cozzani conçoit des formes visuelles qui, pour certaines, usent d’une parole sans bavardage, par extraction d’indices prompts à produire une manifestation discrète (graphique, fixe ou en mouvement), tandis que d’autres formes (sonores ou performées) font aussi image par ce qu’elles donnent à voir et à entendre (un corps, une voix), peut-être même à entendre-voir.
Puisque les outils du langage contiennent, à cet égard, les conditions d’existence de représentations sous-jacentes, latentes, à venir, de ce qui est énoncé (un récit, une description, une intention, une abstraction même), peut naître assurément une représentation. Ce faisant, de cette projection visuelle, l’œuvre fonctionne comme une zone à partir de laquelle s’opère une traduction : ce qui est lu, peut être imagé, vu, mais aussi perçu, et plus encore déchiffré en fonction de l’incertitude du chemin qui existe entre la formation d’une image – son information – et sa désignation. […]
C’est donc dans une ambivalente présence qui frôle l’absence, que les formes que développe Emma Cozzani vont au-devant de la perception sous l’impulsion d’un regard préhenseur : telles des figures familières et aussi vives que des revenants. »

Ce que le voir peut dire par Mickaël Roy (extrait)

contact

emmacozzani.contact (at) gmail.com


about

La démarche d’Emma Cozzani (*1989, FR) se construit au croisement de gestes sensibles et d’une dimension réflexive sur les notions d’image, d’espace et de langage. Développant une pratique plurielle dont la méthode de création emprunte ses références à des champs tels que la littérature, le cinéma ou encore le théâtre, elle opère des glissement sémantiques via des recontextualisations spatiales, temporelles ou historiques latentes mises en œuvre à travers des dispositifs — installations, vidéos, performances. De cette façon, Emma Cozzani extrait du réel une représentation préexistante ou une situation donnée qu’elle altère afin d’en éprouver sa structure ou ses modalités d’usages. En somme, les signes et les résistances qu’une altération peut révéler par cette mise en tension.
Par des opérations de traduction, de transcription, d’interprétation propres à la relecture, ces formes déplacent une représentation initiale vers un dispositif rejouant les modalités de cette expérience comme un rapport renouvelé et sensible au réel, à l’orée de la fiction.


Son travail a été présenté en France (FRAC Languedoc Roussillon, Biennale de la Jeune Création Contemporaine à Mulhouse, La Panacée…) en Allemagne (C.Rockefeller Center for Contemporary Arts à Dresden) et en Belgique ( Projection Room à Bruxelles).

Formation à l’École Supérieure des Beaux Arts de Montpellier Agglomération, puis à la feu Haute École d’Art de Perpignan et enfin à l’École Supérieure des Beaux Arts de Nîmes — Obtention du DNSEP grade master européen avec les félicitations du jury en 2014.
Elle est auditrice libre en Licence Science du Langage à l’Université de Strasbourg en 2016 – 2017 et fonde le collectif transdisciplinaire Meta voué à explorer les liens entre textualité et image dans le champs des arts visuels et de l’écriture.
La démarche d’Emma Cozzani (*1989, FR) se construit au croisement de gestes sensibles et d’une dimension réflexive sur les notions d’image, d’espace et de langage. Développant une pratique plurielle dont la méthode de création emprunte ses références à des champs tels que la littérature, le cinéma ou encore le théâtre, elle opère des glissement sémantiques via des recontextualisations spatiales, temporelles ou historiques latentes mises en œuvre à travers des dispositifs — installations, vidéos, performances. De cette façon, Emma Cozzani extrait du réel une représentation préexistante ou une situation donnée qu’elle altère afin d’en éprouver sa structure ou ses modalités d’usages. En somme, les signes et les résistances qu’une altération peut révéler par cette mise en tension.
Par des opérations de traduction, de transcription, d’interprétation propres à la relecture, ces formes déplacent une représentation initiale vers un dispositif rejouant les modalités de cette expérience comme un rapport renouvelé et sensible au réel, à l’orée de la fiction.


Son travail a été présenté en France (FRAC Languedoc Roussillon, Biennale de la Jeune Création Contemporaine à Mulhouse, La Panacée…) en Allemagne (C.Rockefeller Center for Contemporary Arts à Dresden) et en Belgique ( Projection Room à Bruxelles).

Formation à l’École Supérieure des Beaux Arts de Montpellier Agglomération, puis à la feu Haute École d’Art de Perpignan et enfin à l’École Supérieure des Beaux Arts de Nîmes — Obtention du DNSEP grade master européen avec les félicitations du jury en 2014.
Elle est auditrice libre en Licence Science du Langage à l’Université de Strasbourg en 2016 – 2017 et fonde le collectif transdisciplinaire Meta voué à explorer les liens entre textualité et image dans le champs des arts visuels et de l’écriture.

.pdf

Ceci n’est pas une correspondance par Mickaël Roy
Ce-que-le-voir-peut-dire-par-Mickaël-Roy.pdf